Mercredi 31 juillet 2013

Un blog… sans trop rien de personnel, mais qui me ressemble tout de même… Impossible de savoir quelle direction il prendra… Je sais au moins qu’il servira à rendre publiques mes esquisses. Ces dessins jetés à la hâte, en quelques secondes (ou un peu plus), le plus souvent sans construction, sans soucis du détail, avec des perspectives allant de guinguois… Mais qui, je l’espère, fixeront avec le plus de chaleur possible ces instants fugaces où les hommes révèlent un peu d’eux mêmes.

Voici donc, en vrac, la talentueuse Juliette Noureddine à qui nous soufflâmes, un ami et moi, les paroles de « Sentimental Bourreau » du père Lapointe, d’aimables campeurs (sous l’emprise d’étranges substances) à l’issu du concert de Rammstein aux Vieilles Charrues, un cheminot qui me laissa une petite place dans sa cabine et… des gueules, des gueules et encore des gueules… le plus souvent prises à la dérobée dans le métro.

Comments are closed.