L’Avare

L’Avare (Molière)

Mise en scène: Daniel Deprez et Daniel Charlot

Théâtre de L’Echo du Robec (76 100, Darnétal)

  • Daniel Deprez: Harpagon
  • Julie Allainmat: Marianne
  • Aurélien Bédéneau: Cléante
  • Elise Chieze:  Elise
  • Djahiz Gil: Valère
  • Christine lacombe: Frosine
  • Michèle Salen: Le commissaire
  • Hervé Boudin: Anselme
  • Jérémy Harnay (en alternance avec Patrick Desrues): Maître Jacques
  • Mathias Leboss: Lamerluche
  • Pascal Lucas: Brindavoine

Costumes: Florence Boutout

Maquillage: Princesse Tabira

Création & réalisation décors:  Jacky Lemesle & Daniel Charlot

Création lumière & régie: Serge De Smeytère

Musique: Philippe Davenet

Coordination projet: Pierre Froger

captation: Entracte vidéo (Sandra Partipilo)

Petit billet pour L’Avare, par Claude Soloy:
Vraiment dommage que l’Avare de l’Echo soit aussi avare de répliques, de quiproquos et de coups de théâtre, mais tout ça, c’est la faute à Molière qui écrit trop court… Je me suis vraiment ennuyé dès la fin de la représentation, car c’était déjà fini!

Quel bonheur, quelle jouissance de bout en bout à se laisser berner par un livret que l’on connaît déjà, j’ai croisé beaucoup d’ »Avare » mais celui-là est sans aucun doute le plus riche…

D’abord le décor, des pans de murailles métalliques de coffre-fort au jardin et à la cour, et une grile en fond de scène, immense (On pense à ces guichets grillagés de banques ou de PTT d’autrefois), et puis la porte centrale à glissière à l’allure de zip, faire gaffe de ne pas s’y faire pincer à force de chercher une certaine cassette… Une musique faussement monarchique et deux petites fées, anges d’innocence qui vous donnent d’entrée la ritournelle, adorable contrepoint d’une perversité et d’une entourloupe à venir…

Je ne rappellerai ni les noms des personnages de la pièce, ni le nom des comédiennes et des comédiens qui les incarnent, les quasi muets et les bavards impénitents, les momifiés et les cascadeurs en patins à roulettes, car tout ce joli monde enrubanné pète de santé, d’intelligence et d’inventivité, ah, ce livres d’image, de la BD drolatique et colorée aux descentes d’escaliers des Folie Bergères, avec plumes et papillons d’ersatz… Et la lumière subtile à la bougie de led, caressant ce qui doit l’être…

Je suis passé des larmes aux larmes, car j’ai ri et pleuré, enfin presque, car c’était pour rire même quand ça dramatisait de l’escarcelle, on aurait bientôt compati au drame de cet Harpagon, queutard de pistoles…

Un jeu tout en rupture, accélération, pause, arrêt sur image de grimace ou d’oeil arrondi de libido, un espace vide de vie à l’encombrement et à la gesticulation, de la marche quotidienne au pas de deux, et un deux, trois, ballet menu menuet d’opéra comique… Le spectateur est embarqué, et nul arrêt pour satisfaire un quelconque besoin! On aimerait que le temps s’arrête sur certaines chorégraphies de voiles entrouverts, de danses d’étreintes, de baisers pas volés…

C’est de l’Avare qui vaut cher, et on lui souhaite une longue vie.

Merci à toute l’équipe

Claude Soloy
Le 15/11/2014




 

 

 

One Response to “L’Avare”

  1. Zac Egs dit :

    Bonjour,

    J’ai été « bloqué » par Facebook car certaines personnes ont refusé mes invitations, ce qui explique assez éloquemment pourquoi je n’ai pu vous envoyer mon message. Je n’ai pas l’habitude de ne pas répondre à mes amis ou futurs amis. Je ne vous connais pas mais j’aspire à vous connaître.

    Belle journée à vous ! :)

    Bien à vous,

    Zac Egs

Leave a Reply